Forum de Thalantir

forum de jeux de rôle, de jeux de stratégie et d'Heroic Fantasy en général
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La tour (fini)

Aller en bas 
AuteurMessage
drus
Chevalier Champion
Chevalier Champion
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: La tour (fini)   Jeu 23 Aoû - 21:02

La tour






Dans un effort commun Bran et Daphnée poussèrent la lourde dalle de pierre d’un bon mètre, laissant s’échapper de l’ouverture un nuage de poussière.
- Alors qu’est ce qui a là dedans ? Gysoril avait encore laissé parler sa curiosité naturelle ce qui avait le don d’agacer ses compagnons, et tout particulièrement Fjald qui s’avança en maugréant.
- Je sais pas, on a pas encore regardé, mais ont pourraient t’envoyer en éclaireur.
Gysoril baissa la tête toute gêné, comme une enfant que l’on venait de réprimander.
- Pouah ! Mais sa pue là dedans ! S’écria le nain qui se tenais à présent au-dessus de l’entré du souterrain.
- Raison de plus pour ne pas descendre dit Rek. Franchement qui irait se cacher là, en plus je suis sur que c’est plein de sale bestioles, et j’ais pas vraiment envie qu…
-Aurait-on peur monsieur le plus grand épéiste de toute la Daamarie, susurra ironiquement Valiria.
Rek se retourna outrer. Moi peur ha ha elle est bonne celle là, Fjald ta entendu ça peur moi.
Silence ! Le coupa Valdéril, peur ou pas nous allons pénétrer dans cet endroit et voir ce qui si terre.
Joignant le geste à la parole le paladin prit une corde de son sac, et entreprit de la nouer au tour d’une vieille souche se trouvant à proximité. Après s’être assurer de la solidité du nœud, il pénétra dans l’obscurité. Il fut suivit dans l’instant par Bran.
-Mais attend moi ! S’enquit Gysoril, qui suivit son frère sans plus d’hésitation.
Bientôt ce fut tout le groupe qui entama la descente. Rek très bizarrement fût le dernier à descendre.
- J’y vois rien.
-Moi non plus Valiria, mais on va enflammée une ou deux torche, répondit Valdéril une légère teinte d’anxiété dans la voix.
Alors que le groupe allumait des torches, un petit couloir fait de pierres façonner, se dessina devant eux.
-Je passe devant dit Fjald, ma vision dans le noir va s’avérer utile ici.
-Je te suis, répondit instantanément Valdéril.
La petite troupe d’apprentis aventuriers se mit en fil indienne, Gysoril et Valiria au centre pour leurs propre sécurité. Rek se porta volontaire pour fermer la marche.
Le souterrain était lugubre et une désagréable odeur de renfermer agressait les narines des explorateurs.
Après avoir parcourue une quinzaine de mètres le nain stoppa la marche.
-Y a une salle droit devant, je distingue pas encore très bien mais je peux dors et déjà affirmer qu’il y a plusieurs silhouette avachis le long des mur, elle ne semble pas bouger.
-Qu’est ce que c’est ? aboya la druidesse en jetant des regards amuser verts la pièce que venait de décrire Fjald.
-On est vraiment obliger d’aller voir, moi je c’est pas ce que sa vas apporter à notre mission.
-Tu as tout à fait raison Rek, dit Valdéril d’un air agacer, mais on vas quand même jeter un œil.
Alors que le groupe pénétraient dans la salle, les silhouettes se révélèrent être des squelettes décrépits. La lueur des torches se reflétaient sur leur plastron cramoisi et permettait d’observer leur posture figée pour l’éternité, et leurs orbites sans vie.
-Bon on a vue, répéta Rek, on peut remonter non ?
-Cela suffit ! Où je vais finir par croire que tu as vraiment peur ! Explosa Fjald.
Alors qu’une nouvelle dispute était su le point d’exploser, Valiria poussa un crie horrifié.
-Mais ça bouge !
En effet les mains squelettiques se refermaient sur la garde des épées, et les corps encore inerte il y a quelques secondes commençaient à se mouvoir, tentant difficilement de se relever, dans un cliquetis de métal rouiller.
-Sorcellerie ! S’écria Daphnée, empoignant sa hache avec fermeté.
Valdéril brandit son épée.
-Renvoyons ses créatures impies à leurs trépas !
Tels des automates, les morts vivants se dirigèrent vers les imprudents venus troubler leurs repos.
Alors que le groupe adoptait une formation de combats défensive, les premiers squelettes parvinrent au corps à corps, abatant lentement mais avec une impressionnante puissance leurs lames rouiller par le temps.
Fjald qui se tenait au centre de la formation avait attirer trois monstres sur lui, et lutait désespérément, ne sachant plus ou donner de la tête, Bran engagea le combat avec un squelettes, il luttait avec une épée dans chaque mais ce qui lui apporta rapidement l’avantage, mais ses coups semblaient tous indéniablement aspirée par l’armure de l’entité maléfique.
Valiria c’était reculer dans le couloir et semblait désorienter à la vue des deux abominations qui avançait vers elles, dans le but de la hacher menue.
Elle empoigna son bâton prête à vendre chèrement sa peau. Au même moment une silhouette vînt se planter devant elle.
-Mais qu’est ce que…
-Je m’en occupe ma chère, faite ce que vous avez à faire !
« Merci Rek ». Valiria lâcha hâtivement son bâton et se mit à dessiner d’étranges arabesques dans les aires, toute en psalmodiant des paroles incompréhensibles.
Rek dessina une ligne à ses pieds, à l’aide de sa rapière. Et se prépara à recevoir l’assaut des deux créatures.
- Vous ne franchirez pas cette lignes maudites saloperies !

Plus en avant dans la pièce, Valdéril et Daphnée se précipitèrent au secours du nain qui n’arrivait plus à contenir les assauts répétés de ses adversaires.
Dans un élan de rage comme seul les nains peuvent en faire la démonstration, il abatis froidement sa masse d’arme sur le crane d’un des assaillants ; celui-ci explosa littéralement sous l’impact réduisant une bonne fois pour toute le squelette au trépas. Mais Fjald n’eu pas le temps de savourer sa victoire, le monstre venait déjà d’être remplacer par un de ces congénères ; nullement impressionner par la démonstration de force du nain.

Le combat allait reprendre de plus belle et le prêtre était toujours en face de trois ennemis. Obligé de reculer, il se retrouva à deux pas du mur, mais le paladin et la guerrière avaient eu le temps d’arrivés, et ils le soulagèrent chacun d’un adversaire, engagent instantanément le combat.

Gysoril, c’était recroquevillé dans un coin, Patou a ces pieds attendant les ordres de sa maîtresse.
Elle observait la bataille cherchant d’un air enquit de malice le bon moment pour agir !
Son regard se posa sur son frère, qui ferraillait dur avec une des abominations. Il menait la danse, mais ses coups ne semblaient pas affecter le monstre. Elle ne réfléchie qu’une demie - seconde avant d’incanté un éclair de feu et de l’envoyer droit sur l’adversaire de Bran. Celui-ci fut percuter de plein fouet par le projectile enflammer, qui le réduisit en cendre presque instantanément. Bran eu un bref regard approbateur vers sa sœurette avant de porté son attention vers une autre créature, préférant au passage lâcher ses épées pour empoigner son pic de guerre.

Alors que la bataille faisait rage, le groupe qui bien que se débrouillant pas trop mal, commençait peu à peu à donner des signes de fatigue, alors que les squelettes eux n’en n’éprouvait aucune, ce qui allait changer le cour des choses si les aventuriers n’en finissaient pas au plus vite.

Soudainement, un chant magnifique se fit entendre dans toute la pièce, les paroles étaient entraînantes, et prononcer avec entrain ! Le groupe entier fût revigorer par ce charme inattendu. Fastock qui c’était fait oublier jusque là venait d’entre en action, et dévoilait toute la magnificence de son art.

De leurs cotés, Valdéril et Daphnée réduisirent une bonne fois pour toute leur assaillant en jeux d’osselets ; avant de courir vers le fond de la salle ou trois autres monstres, qui semblaient être les derniers venaient de s’animé.




Rek était au prise avec deux squelettes, il était parvenu à toucher ses adversaires à plusieurs reprise mais sans grand succès, ce qui commençait à l’agacer haut plus haut point. Alors qu’un des monstres tentait de l’éventrer d’un revers de lame, il ajusta alors un coup d’estoc dans le coup du mort vivant ce qui le fit s’écrouler une bonne fois pour toute. Mais sa lame c’était coincer entre les os de la créature qui au moment de sa chute désarma le bretteur l’exposant a la juste fureur de la seconde créature impie.

Jetant un regard apeurer à son bourreau il fixa la lame rustique filé vers sa tête et ferma les yeux juste avant le coup fatidique.

Celui ci ne vint jamais, une explosion se fit entendre, suivie par le bruit assourdissant du métal que l’on jette à terre. Ouvrant lentement les yeux Rek ne vit qu’un tas dos sur une armure noirci la ou se trouvait avant un monstre dément.

- Vous m’en devez une mon cher !

Se retournant Rek aperçu Valiria un sourire au lèvre, le souffle encore cour du au sort quelle venait de jeter.

- Je tacherais de m’en souvenir

Le guerrier ramassa sa rapière d’un geste vif et entreprit d’analyser la situation. Tout le monde semblait s’en sortir et il ne restait que peut d’ennemis, inutile donc de courir à la rencontre d’une blessure inutile. Rek rengaina sa rapière, et se fondit dans l’ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drus
Chevalier Champion
Chevalier Champion
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: La tour (fini)   Jeu 23 Aoû - 21:02

Fjald acheva d’un revers de sa masse sont dernier opposant et reprit des forces en se lançant un sort de soin. Valdéril venait d’achevé un squelette et se précipita au chevet de Daphnée qui n’en avait pas encore fini avec le sien.

Bran était assis sur l’armure du dernier mort vivant qu’il avait vaincu et entreprenait d’affûté ses lames. Une petite main vint se poser sur son épaule. C’était Gysoril souriante a souhait.

- Bah une bonne bagarre c’était plutôt drôle non ?

Elle n’eu pour seule réponse qu’un sourire discret du coin des lèvres.

Repérant une silhouette dissimulée dans l’ombre Fjald s’enquit d’aller voir s’on inséparable compagnon.

- Alors toujours en vie mon garçon

- Je test déjà dit de ne pas m’appeler comme sa. Et après sa ne compte plus sur moi pour descendre dans ce genre d’endroit. Répondit Rek livide

« Meure » d’un volent coup de hache Daphnée venait de pulvérisé le crane du dernier monstre encore debout. La bataille était gagnée !



Il fallut quelques minutes au groupe pour se remettre de ses émotions. Enfin Valdéril prit la parole « Nous avons fait ce qu’il fallait, Torm nous apportera sa bénédiction.

Les réactions furent diverses : Bran continua a s’attelé à sa tâche, Fjald approuva d’un hochement de tête, Valiria vint poser sa main sur l’épaule du paladin, et Rek jura, avant de se dirigé d’un pas décidé vers l’une des nombreuses porte en bois pourrie que contenait cette ancienne tour.

-« Mais Rek qu’est ce que vous….. »

-« Laisse Daphné, il est lancé la…. » s’esclaffa le nain amusé.

Tout en maugréant des paroles incompréhensible Rek saisit la poigné de la première porte qu’il rencontra, et l’ouvrit sans la moindre précaution ; celle-ci grinça bruyamment, révélant une pièce plongée dans une obscurité total. Une odeur de renfermé vint directement agressé les narines du bretteur. Se retournant vivement Rek toisa Fjald du regard avant de l’empressé de le rejoindre.

Le nain poussa un juron mais vint à l’encontre de son compagnon. C’est donc tout les deux qu’ils disparurent de la vue de leurs camarades.



Gysoril se mit soudainement à sautiller dans tout les sens « dit Bran, on vas aussi ouvrir une porte, allé s’il te plaint » ?

Le rôdeur observa un instant incrédule le petit manège de sa soeurette, avant de sourire et de se diriger lui aussi vers une porte. Gysoril ne le lâchant pas d’une semelle.



« Et vous, vous allez rester planté la sans rien faire ? » Explosa Valyria, s’adressant à un paladin qui n’en menait pas large.

« Et bien…je suppose que nous pouvons aussi… »

« Allé on se bouge gros bêta » le coupa l’ensorceleuse, lui saisissant le bras au passage pour l’entraîné vers une autre porte.

« Je vous accompagne » lança Daphné reposant dans le même temps sa lourde hache sur ses épaules.



Réalisant qu’il ne restait plus que lui dans la pièce, Fastok s’écria « Eh me laissé pas stout seul ici ! » et dans le secondes qui suivit il rejoignit le groupe de Valdéril.



« Je m’occupe de cet porte » joignant le geste à la parole Daphné l’enfonça d’un coup d’épaule bien ajusté et d’une brutalité sans égale. « Après vous ».

Le paladin et l’ensorceleuse se dévisagèrent un instant consterné, puis pénétrèrent sans mot dire dans la pièce, évidemment Fastok les suivis de près.

La salle était sans aucun doute possible la cuisine, les nombreux ustensiles servent a la préparation des plats et les restes de nourritures avariés disséminés un peu partout étaient la pour en témoignés.

« On ne trouvera rien de bien utile ici, j’en est bien peur »

« Non en effet Valdéril s’enquit Valyria aucune chance de trouvé quoi que se soit qui vaille la peine dans ses immondices ».

« La y’a un escalier !! » rugit Fastok trop content de sa découverte.



« Ma claque de ses conneries, non mais je suis pas payé pour crapahuté dans des ruines pouries moi. Merde ! C’est que sa chlinge en plus !

Si Fjald n’était pas habitué aux quotidiennes crises de ras le bol de son compagnon il lui aurait sans doute déjà jeté sa masse à la tête.

« Une chaise bouffé par les mites, un tapie moisie, de la merde de rat…. »

« Tais toi ! dit le nain d’une voix paradoxalement très calme. Je crois que j’ais trouvé quelque chose. »



« Bon tu l’ouvre cette porte ? Je veux voir moi. »

« Si tu voudrais bien m’aidé à pousser soeurette, tu voix bien qu’elle est coincé. »

« Fallait le dire. »

Mettant leurs force en commun Bran et Gysoril parvinrent a faire pivoté la porte suffisamment pour pouvoir entré dans la pièce.

« J’y voir rien, fait trop sombre la dedans »

En effet la salle était sombre, mais on pouvait facilement discerné les contours de plusieurs caisses empilé un peu partout contre les murs.

Une chose mit tout de suite Bran sur le qui vive, l’une des caisses avait été poussé contre la porte pour la bloquer. Ce qui ne pouvait signifié qu’une chose…

« Je suis déçus, on pourra rien voir, faut allumé une torche, Bran tu pense qu… »

Coupant net sa sœur dans son monologue le rôdeur brandit son arc en encochant une flèche au passage. Plissant les yeux vers le fond de la salle, il parla du voit posé mais ferme cependant.

« Qui va la !? »

Gysoril se tourna lentement vers le point que semblait fixé Bran aux travers des ténèbres de la pièce.



« Et bien mon chère Fastok, vous venez de faire une splendide découverte ma foie » ironisa la jeteuse de sort cachant difficilement la moquerie que cela lui inspirait.

Le barde fit une moue honteuse.

« Jetons un coup d’œil sa ne coûte rien » proposa un paladin un peu trop empressé au goût de Valiria.

« Mon chère ami, ne devrions on nous pas attendre les autres avant de se jeté dans l’inconnue telle une bandes d’aventuriers intrépides le feraient ? »

« Certes M Von Hisbrad », répondit le paladin, pas le moins du monde surpris pas la réflexion du barde. Il avait cependant raison cette foix.

« Restons prudent et allons voirent ce que fichent les autres ».



« C’est quoi ? Un coffre ? »

« Mieux que sa Rek, je crois que j’ais trouvé une cache secrète » répondit le nain concentré sur sa découverte.

« Fait place, je m’en occupe ! » Le bretteur tels un enfant devant un biscuit qu’on lui tendait se jeta sur le mur et se mit a farfouillé partout, il allait en haut, en bas, a droite, a gauche, totalement absorbé par sa nouvelle tâche.

Le nain se recula et laissa faire son compagnon sans dire un mot.

« Trouvé » appuyant sur un des pierres du mur ; Rek fit s’ouvrir une cacha presque a hauteur du plafond.

« Approche je vais te porté » grommelant Fjald entreprit de monté tant bien que mal sur les épaules de Rek. Après avoir pris un équilibre quelque peu précaire le prêtre fouilla à l’intérieur du renfoncement.

« Alors ??? »

« Minute ? JE CHERCHE LA !!!!! »

« Désolé, mais tant mais du temps. »

« TADAMMMMM !!!!! » Fjald extirpa avec vigueur un coffret de la cache, ce qui eu pour effet de faire perdre son équilibre à Rek, les entraînant tous deux dans une chute grotesque.

Le nain rouge de colère allait incendié le bretteur de jurons quant celui-ci leva la main coupant net l’entrain du nain.

« STOP, après les insultes, voyons d’abord ce que recèle ce petit coffret »

Fjald se rangea à cet avis et garda ces insultes pour plus tard.





« Ne me dit pas que c’est encore une de ces créatures hein ? » La petite Halfing avait perdu de sa superbe et observait son frère qui n’avait toujours pas quitté des yeux un coin de la pièce.

Puis aussi vite qui avait brandit son arme, Brân la rabaissa, et un sourire illumina son visage.

« Rassure tout soeurette, ce n’est pas un monstre, c’est même tout le contraire.

Très calmement le rôdeur ouvrit sa besace, d’où il sortit une torche, qu’i, enflamma a l’aide d’un briquet a amadou. Gysoril ne disait rien, savant pertinemment qui Brân voulais lui dire quelque chose se serait déjà fait.

Brân brandit la torche devant lui, « Tu peut sortir gamin nous sommes venus te sauver et te ramener a ta mère.

D’abord rien ne sembla bouger puis une petite silhouette s’extirpa de derrière les contenaires il s’agissait d’un petit garçon chétif couvert de crasse qui semblait complètement apeurer.

« C’est c’est vaix vous ne me voulez pas de mal…. » Le petit parlait difficilement et l’on pouvait entendre au son de sa voix qu’il avait beaucoup pleuré.

« Parole » dit Brân avec un sourire chaleureux.

Le petit garçon couru dans ces bras en pleurant.

Au même moment le paladin Valiria et Daphnée faisaient irruption dans la pièce.

Fastok les suivaient discrètement.

« Mais qu’est ce que c’est que…. » Commença le paladin surpris.

« On dirait que nos pisteur on retrouvés le gosse » dit l’ensorceleuse d’un ton neutre.

« Loué soit Thorm !!! » Rugit Valdéril trop heureux, « soit tranquille petit tu ne risque plus rien à présent, nous allons te ramener chez ta mère ».

La petite troupe entoura le pauvre garçons et a force de mot doux et de geste tendre, parvinrent à le faire sourire et même stopper ces pleures.

Apres quelques minutes de joie, le paladin jetta un œil sur la pièce, et plissa les yeux.

« Qu’est ce qui t’arrive encore a toi, il y a une menace proche ou quoi ? »

« Non Valyria, répondit le paladin méfiant, je me demandait juste ou était passé ce maudit bretteur ».





Concentré comme jamais, Rek tentais tant bien que mal de forcer la serrure du coffret, il avait sortit son petit trousseau d’outils « spéciaux » comme il aimait à les appeler.

« Alors ? » s’enquit le nain. Pas de réponse.

« Sa fait un petit moment que tu assaille de l’ouvrir, on a qua taper dessus ». Pas de réponse.

« Bon aller je vais te l’ouvrir moi ce coffret, tu va vo…. »

« Et voila le travail » le coupa Rek, affichant un sourire de vainqueur, il ouvrit délicatement l’objet de sa convoitise.

Une mine déçue marqua directement son visage lorsqu’il découvrit ce que le coffret recelait.

« Bah quoi c’est vide ? » insista le nain sa curiosité piqué à vif.

Le bretteur lui tendit l’objet.

Fjald en sortit une magnifique masse d’arme, le manche finement sculpté, une aura blanchâtre semblait émaner de l’arme.

« Mais c’est magnifique quel découverte, bravo !!!!!! »

« Blablabla, oui c’est génial en effet, retournons voir les autres si tu veux bien…. »

Le bretteur sortit rapidement de la pièce suivit de prés par le nain encore sous le choc de sa nouvelle acquisition.



Arriver au centre de la tours les deux compagnons découvrirent le reste de la troupes entourant un petit garçons. Lorsqu’ils furent assez proches, le paladin se retourna d’un air sévère.

« Ah vous voila on s’inquiétaient figurés vous ! »

Rek ne pipa mot et alla s’asseoir à l’écart du groupe.

« Tant fait pas répondit le nain, nous allons bien, il est juste un peut déçus car pour une fois c’est moi qui est eu de la chance. Dans le même temps le nain présenta sa découverte au paladin qui écarquilla les yeux surpris.

« Et bien ma foi, très belle arme tu seras sûrement en faire bonne usage.

Le prêtre acquiesça derechef.



« Bon nous n’avons plus rien a faire ici je présume annonça le paladin, retournons a la surface. »

Tous le monde s’empressa d’adopter cette idée.



Quant tout le monde fut de retour à la surface un vent frais vint accueillir les aventuriers, mais personnes ne s’en plaignit, c’était bon de se sentir en vie et d’avoir accomplit un acte de bravoure.



Bran proposa ç ses compagnons de faire une petite halte ici pendant qu’il se chargeait de ramener le garçon au village.

Le groupe ressentant enfin les effets de la fatigue du à leur précédant combat accepta volontiers.



Trois bonnes heures s’écoulaires, avant le retour du rôdeur, chacun aillant plus ou moins bien mis a partit cette halte forcée.



Après avoir compté le bonheur de la famille du garçon et la gratitude des habitants de Pont en Clerve une nouvelles discussion commença. Car personnes ne semblait être sur de la directions à suivre pour retrouver ces maudit brigands. Mais la encore le rôdeur s’emblait avoir la réponse il intima à tout le monde de le suivre tout en commencent à s’expliquer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalantir
Grand Maître
avatar

Nombre de messages : 686
Age : 38
Localisation : Stosswihr, près de Colmar
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: La tour (fini)   Ven 24 Aoû - 14:11

parfait ça avance bien finalement ^^

_________________
Seigneur de Ghrond.
Au service du grand Malékith, Roi Sorcier de Naggaroth et souverain légitime d'Ulthuan.

vieil adage du clan du Scorpion :
"Le plan A a échoué ? On a découvert notre plan B ? Bien, tout se passe comme prévu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thalantir.forum2jeux.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La tour (fini)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La tour (fini)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archives de la Tour de la Fauconnerie au Louvre
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Pro Tour Paris
» Side Events au Pro Tour Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Thalantir :: Donjons & Dragons :: Campagne Triumvirat-
Sauter vers: