Forum de Thalantir

forum de jeux de rôle, de jeux de stratégie et d'Heroic Fantasy en général
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Récits Triumvirat le début (complet)

Aller en bas 
AuteurMessage
Thalantir
Grand Maître
avatar

Nombre de messages : 686
Age : 38
Localisation : Stosswihr, près de Colmar
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Récits Triumvirat le début (complet)   Lun 26 Mar - 20:52

Fastok ne se souvenait pas du tout de ce qui l’avait amené à dormir dans le caniveau, néanmoins, il se rappelait vaguement d’avoir donné un spectacle au relais des charretiers et d’avoir été détroussé par un filou alors qu’il déjeunait. Il se souvenait que l’aubergiste l’avait jeté dehors pour défaut de paiement de sa chambre et qu’épuisé, il avait sombré dans le sommeil ici. Un seau d’eau croupie acheva de le convaincre que ce n’était pas un cauchemar et une voix comme sortie droit des abysses (avec l’haleine en plus) ajouta :
- « on t’a pas dit que les pouilleux comme toi n’ont pas le droit de traîner ici ? Dégage avant que je n’appelle le guet ! » Le type s’en alla,

- « ça devient plus respirable » se dit le gnome.
Il allait péniblement se remettre en quête d’un travail quand quatre ombres inquiétantes le recouvrirent. Les types souriaient de toutes leurs dents (pour ceux qui en avaient) et ça n’annonçait rien de bon, car Fastok les connaissaient. Le premier, un type mince aux cheveux bruns gras et raides (un sadique de première), avec un petit nez fin l’interpella en premier avec un ton moqueur :
- « tiens tiens, mais regardez qui voilà ! Fastok Von Hillsbrad en personne. Je croyais qu’on t’avait dit de quitter la ville ? Tu n’as pas le droit d’être ici si tu ne rejoins pas la guilde, on t’avait pourtant prévenu de dégager ta sale carcasse de rat de notre territoire. »
Tremblant comme une feuille, le gnome bredouilla :
- « Je…J’ai déjà payé, laissez moi tranquille ! »
- « t’as payé pour pouvoir séjourner un moment, mais t’as largement dépassé le délai qu’on t’avait fixé sale fouine ! Maintenant on va t’enseigner le respect ! »
Fastok se dit qu’il était vraiment mal barré, les coups de poings et de pieds plurent, la leçon allait être difficile…

- « Attaquez vous à un adversaire à votre hauteur bande de lâches ! »
La provocation avait été lancée avec calme de derrière les malandrins. Ils s’immobilisèrent ainsi que leur victime pour se tourner vers l’origine de cette interpellation.
Un homme de haute taille mais de silhouette plutôt fine toisait les brigands, il avait de longs cheveux châtains clairs, des traits fins et un regard bleu acier perçant. L’origine elfique de ce regard paraissait évidente pour toute personne qui le croisait. L’étranger était vêtu d’une cotte de mailles et son poing serrait le manche d’une grande hallebarde. La femme qui se trouvait trois pas derrière lui semblait tendue mais conservait son calme. Elle était d’une beauté stupéfiante, d’avantage soulignée par l’exotisme de ses longs cheveux blancs attachés en chignon par des rubans de couleur dorée.
- « Un noble chevalier et sa dame…non son enchanteresse !» se dit immédiatement Fastok. Il se dégageait du jeune homme une aura de bonté et de justice à nul autre pareil. Les brigands se consultèrent du regard et hésitèrent, puis leur courage raffermit par leur nombre, ils reprirent leurs esprits. Après tout ce jeune freluquet était seul….
- « Fichez le camp étranger, cette affaire ne vous concerne pas. »
- « Cela c’est à moi d’en décider. Je ne souffrirais pas que des brutes passent à tabac un pauvre gnome, spécialement lorsqu’elles sont à trois contre un. »
- « C’est un misérable voleur, pourquoi risquer sa vie pour cette vermine ? Allez, passez votre chemin, ça vaudra mieux pour vous »
- « requête enregistrée…et rejetée. Non je crois que je vais rester et vous offrir un combat plus honorable »
Il serra d’avantage sa hallebarde et l’empoigna de son autre main. Sa compagne fit une moue de désapprobation mais en fit de même.
- « tant pis pour vous. A l’attaque les gars ! » hurla le bandit
Les quatre ruffians se jetèrent sur le paladin et sa compagne avec rage mais sans véritable finesse, levant haut leurs gourdins et leurs dagues rouillées. Le jeune homme bloqua son pied sur la hallebarde qu’il bascula vers l’avant, accompagnant le mouvement en se baissant, il évita un coup de gourdin circulaire et d’un coup d’épaule bouscula le bandit tout en orientant la pointe de son arme sur son compagnon. L’allonge fit son effet le second bandit s’empala sur l’arme en criant de douleur, dans la foulée, le demi-elfe mit son arme en protection pour éviter le coup du troisième homme. Le dernier des bandits avait quasiment atteint la jeune femme, bavant d’envie de la renverser pour lui faire subir quelque immonde outrage, quand tout à coup elle prononça des mots de pouvoir et une boule d’énergie jaillit de sa main tendue pur frapper le malandrin, il grogna de rage mais poursuivit sa charge et blessa la main avancée de la magicienne… qui poussa un petit cri.
- « sorcière ! » hurla-t-il en se tenant la poitrine.
- « il m’a ouvert comme un poisson ! Argh !» sanglota le premier blessé.
Fastok emplit d’une énergie nouvelle se leva d’un bond et… Fila se cacher sous l’escalier de la maison voisine.
Une nouvelle passe d’arme eut lieu, le paladin fut touché sans trop de dommages, quand à l’ensorceleuse elle envoya valser son adversaire d’un simple effleurement à l’aide d’une décharge électrique. Malgré cela, le combat restait indécis.

Non loin d'ici, un nain à la barbe noire et son compagnon humain marchaient dans la rue tout en poursuivant une âpre discussion.
- « c’est toujours un plaisir de retrouver Valls, mais quand on est sans le sou…. »
- « parlons en Monsieur le joli cœur, si tu n’avais pas fait confiance à cette sale détrousseuse d’auberge, on aurait eu de quoi subsister tranquillement… Mais non ! Monsieur le plus grand épéiste de toute la Damarie a de nouveau écouté l’épée qu’il a entre les jambes plutôt que sa cervelle et nous voici crève-la-faim alors qu’on aurait dû êtres riches.
- « oh tu es injuste ! Franchement c’est pas ma faute ça aurait pu arriver à n’importe qui ! »
- « ben non ça t’es arrivé à toi parce que tu es un grand bretteur mais un bretteur naïf. Mon grand père disais toujours de se méfier des choses qui brillent trop fort et c’était le cas de ta Lydia ! »
- « oui bon ok, c’est de ma faute on va pas remettre ça sur le tapis tout… »
- « chut écoute ! »
- « quoi ? »
- « ce bruit, on se bat dans ce coin ! »
- « oui ? Et ? Ca arrive bon on continue ? »
- « on ferait bien d’aller voir »
- « non ce n’est pas la peine on va encore avoir des ennuis »
Mais le nain s’était déjà déplacé vers l’endroit d’où provenait les bruits.
Ils débouchèrent dans une ruelle ou un jeune homme - non un demi-elfe si le nain en jugeait par ses oreilles qu’il voyait bien de profil- se défendait difficilement devant trois coupe-jarrets acharnés et vindicatifs. L’un des malandrins était déjà hors de combat et se tordait de douleur au sol. Derrière le guerrier, une jeune femme en robe bleue d’une beauté époustouflante repoussait les assauts de l’un des brigands avec maladresse, elle ne semblait pas habituée au combat rapproché.
- « faut les aider ! Allons-y » dit Fjald
- « ben pourquoi ? Ca nous concerne pas. On devrait pas s’en mêler » répondit Rek qui n’avait pas encore vu la femme.
- « Par tous les charmes de Sunie ! Quelle beauté ! » s’exclama-t-il en la voyant.
- « elle te sera reconnaissante » dit le nain avec un clin d’œil
Rek hocha la tête sans pouvoir détacher les yeux de la demoiselle.
- « Dzalaou !!!! Pour Barun Tarald !!!! » le petit guerrier chargea sur les bandits qui furent décontenancé devant ce soudain assaut, ils rompirent en permettant à la magicienne de souffler, le chevalier lui en profita pour lancer une nouvelle attaque.
Puis se fut au tour de Rek d’attaquer il se jeta devant le nain qui en profita pour soigner la femme blessée.
- « je suis Rektor Fallton, mais mes amis m’appellent Rek. Pour toi ce sera donc Messire Fallton. Et je suis le plus grand épéiste de toute la Damarie ! »
Son adversaire ne savait trop quoi penser.
- « Connais-tu la botte du serpent ? » demanda-t-il
Le ruffian le fixa incrédule. Puis Rek lança une attaque soudaine : d’un mouvement souple du poignet, écarta le pied de chaise du malandrin et le transperça à l’estomac
- « apparemment non…. Déclara Rek mi-moqueur, mi-déçu.
Le bandit couina comme un goret et recula en se tenant l’estomac
Le paladin abattit sa hallebarde dans l’épaule d’un de ses adversaires puis l’assomma avec le manche de celle-ci. Le nain, quand à lui bloqua le coup de l’autre brigand avec son écu et blessa ce dernier de sa hache, décontenancé le filou prit la fuite quand un carreau venu de derrière une caisse le toucha à l’épaule et le déséquilibra la tête du gnome apparut, cherchant à vérifier qu’il avait bien fait mouche. Sa victime chuta sur une caisse qui se brisa sous son poids et elle finit la tête dans un tas d’artichauts.
- « et celle-ci ? » Rek lança un nouvel assaut contre son adversaire, mais paniqué,
Celui-ci se retira rapidement. Trop confiant et emporté par son élan, le plus grand épéiste de toute la Damarie glissa en avant, planta sa lame entre deux pavés et sous le poids de son corps cette dernière se brisa tandis qu’il s’étalait de tout son long. Le bandit ne demanda pas son reste et fila en se tenant le ventre aussi vite qu’il le pouvait.

Le combat terminé, les protagonistes se toisèrent avec une méfiance teintée de respect.
- « ma belle épée… Sniff. » se lamentait Rek
- -« bah on t’en achètera une autre va » dit Fjald en lui tapotant l’épaule. Le nain se tourna vers le paladin.
- « Vous avez un sacré coup de hallebarde humain. »
- « vous un bon coup de hache nain, je vous remercie de nous avoir aidé. Je me nomme Valdéril et voici Valyria »
- « tu crois que c’est prudent de donner nos noms au premier venu ? » chuchota Valyria
- « allons, ce sont des gens courageux, ils nous ont aidé sans rien avoir à y gagner ne soit pas si soupçonneuse »
- « c’est pour ça que je suis là, je dois être soupçonneuse pour deux avec toi. Enfin bon, fais comme tu veux »
- « Hem, Fjald, Fjald Kalahad du clan Dronklad humble serviteur de Clanggedin Barbedargent maître des batailles, et voici mon ami et compagnon Rektor Fallton » dit le nain
- « oui Rektor Fallton, le plus grand épéiste de toute la Damarie, et …» coupa le bretteur en regardant Valyria avec un sourire enjôleur « protecteur de toutes les dames pour vous servir » il fit une révérence appuyée.
- « rien que ça… » répondit-elle froidement.
- « Et moi Fastok Von Hillsbrad » dit le gnome qui venait de passer la tête de derrière la caisse. Il jeta un regard circulaire, sauta joyeusement de sa cachette et commença à serrer la main de tout le monde.
- « Fastok Von Hillsbrad, barde, conteur…-bonjour et merci oh puissant cousin nain et à vous aussi fine lame- chanteur, philosophe… –bonjour et merci ma dame-, auteur, écrivain public… –bonjour et merci monseigneur- explorateur et aventurier » dit-il.
- « vous n’êtes pas mauvais pour tirer des carreaux dans le dos j’ai vu » cracha cyniquement Valyria. Mais le gnome ne releva pas.
- « Vous êtes d’ici ? » demanda Valdéril.
- « euh pas vraiment » dit le barde.
- « Nous oui on est de la région, mais nous sommes aventuriers et mercenaires avant tout » répondit Rek
- « mercenaires mais pas sans morale » corrigea Fjald
- « oui enfin on aime bien l’argent quand même non ? » un regard du nain le fit taire.
- « intéressant, nous en sommes également ; nous avions rendez vous chez Antonus Belzar le gouverneur, pour l’annonce inscrite sur la place du marché »
- « tiens donc vous aussi ? » déclara le nain.
- « Je propose que nous nous allions pour cette mission car l’annonce mentionnait un groupe d’aventuriers et Valyria et moi ne faisons pas encore un groupe à nous deux ! De plus je préfère m’associer à des gens de confiance plutôt que de me voir imposer quelqu’un de l’extérieur. J’ai pu juger de vos qualités »
- « eh bien j’ai pu aussi juger des vôtres, vous êtes un paladin n’est ce pas ? »
- « disons que je suis quelqu’un pour qui le bien et la vertu ont plus d’importance que sa propre vie »
- « Ha ! J’aime ça, je serais content de réussir cette mission avec vous ! Entendu ! »
- « ça va pas non, c’est un concurrent quand même !? A deux on aurait eu plus d’argent » chuchota Rek.
- « Et tu crois quoi ? On va faire la mission à 2 peut être ??? ».
- « Ben euh…oui c’est vrai c’est mieux d’avoir de l’aide ».
De l’autre côté Valyria émettait aussi des réserves :
- « on les connaît à peine, c’est pas sérieux ! »
- « allons, ce sont des gens de qualité, je le sais. Fais-moi confiance »
- « comme tu veux » dit l’ensorceleuse peu convaincue.
Tout le monde convint donc de travailler ensemble pour réussir la mission du gouverneur.
- « et moi ? Et moi ? Je peux venir avec vous ? » piailla Fastok
Les autres le fixèrent incrédules, il faut dire qu’il ne les avait pas vraiment convaincu par ses capacités au combat.
- « Pourquoi nous encombrer de toi Monsieur le gnome ? Ton premier réflexe a été de te cacher lors de ce combat de rue avec des malandrins, alors imagine contre des ennemis plus coriaces !» railla Rek.
Le nain marmonna quelque chose d’incompréhensible dans sa barbe. Mais le petit barde n’était pas du genre à s’énerver ni à se laisser démonter :
- « je serais votre conteur, tout groupe d’aventurier qui se respecte doit avoir un conteur, un biographe, bref quelqu’un qui racontera votre noble épopée, et puis j’ai d’autres talents que la force brute vous verrez ! » affirma Fastok malicieux.
- « Eh bien je suppose que nous ne perdons pas grand-chose à accepter votre offre Monsieur Fastok, suivez nous » dit le paladin en riant et en enjoignant tout le monde à le rejoindre sur la place du château. Fjald opina du chef. Valyria ne dit mot
Rek était soudain intéressé. Alors que le petit groupe poursuivait sa route il rattrapa le gnome :
- « euh dis pardonne moi je suis parfois soupe au lait…Tu veux dire que tu pourrais faire un récit sur le plus grand épéiste de toute la Damarie ? ».


Notre groupe arriva devant le château. D’autres personnes attendaient pour les mêmes raisons. Une grande femme musclée au regard déterminée, un jeune homme poli mais distant équipé d’un grand arc et une halfeline, semblant tout droit sortie pour la première fois de sa vie de la forêt, elle était accompagné d’un animal bien plus grand qu’elle, chien ou loup c’était difficile à déterminer.
Ils firent connaissance avec leurs futurs compagnons. La guerrière s’appelait Daphnée et semblait vouloir se prouver quelque chose, elle n’avait pas beaucoup plus d’expérience que les autres, mais sa détermination à se faire un nom était évidente. Brân le rôdeur était une énigme, il était, parait-il, le frère de la jeune halfeline Gysoril, en réalité tout le monde se doutait qu’il avait été adopté, de toute façon il ne semblait pas enclin à parler d’avantage. Il était sagace et d’un calme olympien, parlant peu mais bien. Valdéril l’apprécia tout de suite : c’était quelqu’un sur qui l’on pouvait compter en toute circonstance, comme le nain, il en était sûr. Sa « petite sœur » la facétieuse halfeline était quant à elle aussi pétillante que son « frère » était calme, et aussi bavarde que celui-ci était laconique…

Tous furent conviés à entrer dans le bureau d’Antonius Belzar. Ce géant était un héros de la guerre et un proche ami du roi Gareth. Malgré sa corpulence, son esprit était vif et il était plus cultivé qu’il n’y paraissait. Il avait le dos tourné contemplant sa ville par la fenêtre.
- « C’est un automne rude n’est ce pas ? Pourtant, malgré le climat et les guerres, la Damarie a survécu. Nous somme comme les fourmis, peu importe combien de fois que l’on détruit notre œuvre, nous reconstruisons toujours. »


Dernière édition par le Mar 27 Mar - 21:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thalantir.forum2jeux.com
Thalantir
Grand Maître
avatar

Nombre de messages : 686
Age : 38
Localisation : Stosswihr, près de Colmar
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Récits Triumvirat le début (complet)   Mar 27 Mar - 20:50

Il se retourna vers les aventuriers qui s’inclinèrent en guise de salut.
- « Ah voilà qui fait plaisir à voir : la jeunesse, l’ambition, la détermination ou simplement la curiosité. Prenez place voyons. »
Tout le monde prit un siège.
- « je n’ai pas l’habitude de palabrer, alors je vais aller droit au but. Ces derniers mois, les caravanes convoyant le fer de nos mines des Galènes sont attaquées régulièrement. Le brigandage est chose commune, malgré les efforts de notre bon roi, la loi damarienne n’atteint pas toujours tous les coins du pays. Mais là c’est différent, ce sont toujours des convois de fer et la fréquence rapprochée des attaques indique que ce n’est pas un hasard. »
- « ça serait des gens qui ont des renseignements précis ? » dit le paladin
- « exactement, ils savent toujours où attaquer, ils semblent trop bien renseignés pour être des ruffians isolés »
- « une taupe ? Vous avez des soupçons ? » dit Valyria
- « pas vraiment, beaucoup de personnes connaissent les dates d’acheminement des minerais : chefs de mines, contremaîtres, employés de guildes, clients, et les autorités. Nous avons essayé de limiter l’information mais ce n’est pas possible au-delà d’un certain seuil et il y a encore trop de personnes au courant pour tirer des conclusions. Les attaques se concentrent dans la région de Pont-en-Clèrves. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser cela continuer car la mine Darvain est une des sources d’approvisionnement principale pour nos troupes dans cette région. »
- « vous croyez qu’on cherche à affaiblir notre armée ?»
- « Je ne sais pas encore trop quoi penser mais ça y ressemble ».
- «Mais qui ? La Vaasie ? Elle n’a plus de chef et est quasiment retournée à l’état sauvage !»
- « ce n’est pas si sûr j’ai entendu parler d’une espèce d’alliance de factions. Nous avons laissé ce pays à l’abandon après la victoire du roi Gareth, ce fut une erreur grossière à mon avis, nous n’avons pas surveillé ces terres pensant que la chute de Zhengyi avait réglé le problème et nous voilà obligés de rattraper le temps perdu ; nous avons donc envoyé des espions sur place. Jusqu’à plus amples informations je ne puis rien affirmer ou infirmer. Voilà pourquoi j’ai décidé de prendre une option plus simple. Faire appel à des indépendants pour trouver ces brigands et les éliminer ou, si cela est possible nous les livrer. Et j’ajouterais aussi qu’il me faudra les noms des taupes éventuelles. Qu’en dites-vous ? Vous êtes d’accord pour cela ?»
Tous acquiescèrent, mais Fastok devança Rek et ajouta :
- « évidemment, nous acceptons cette noble quête monseigneur, mais ma foi…il faut bien vivre, y aura-t-il donc une quelconque forme de rémunération.
Le seigneur éclata de rire
- « ha ha ha ! Je m’attendais à cette question, vous ne devez pas en avoir honte, j’ai été à votre place jadis et je sais que ce genre de questions bien que vitales en embarrasse plus d’un ! Evidemment que vous serez rémunérés : outre la gratitude de la couronne, vous aurez droit à 150 po par personne si vous menez à bien cette mission. »
C’était une belle somme et tout le monde en fut plus que satisfait.
Les derniers détails réglés, la compagnie pris congé de Belzar et se retrouvèrent devant le château.

- « bon que fait-on ? » demanda Rek
- « eh bien déjà préparer nos affaires afin de faire le voyage, ensuite trouver comment le faire » déclara Valyria
- « c’est exactement ce que je pensais mais j’attendais que quelqu’un le propose, euh d’ailleurs vous êtes vraiment brillante mademoiselle » dit Rek avec un sourire forcé qui n’impressionna pas l’ensorceleuse…
- « oui merci mon cher Rek… Donc le mieux serait de faire d’une pierre deux coups, on se fait embaucher comme garde de caravane avec un convoi vers Pont-En-Clèrve, ainsi on voyage et on gagne un peu d’extra par la même occasion. Et si on a de la chance on se fait attaquer par nos brigands, on n’aura même pas besoin de se fatiguer et ils verront de quel bois on se chauffe »
- « et on va crever… » rajouta Fastok qui regarda autour de lui et s’aperçut qu’il avait pensé à voix haute « euh pardon… ».
- « Et on va s’engager ou ? » demanda Gysoril
- « eh bien dans notre recherche de travail nous nous étions déjà renseignés avec Valdéril auprès de toutes les compagnies de transports et pour toutes les destinations, attendez…. » elle sortit un parchemin « il y a des convois disponibles pour notre destination aux Transports Ribenaud et au Priakos des Quatre Lunes »
Rek grimaça :
- « euh le Priakos des Quatre Lunes, ça sera très bien » dit-il gêné.
- « Eh bien, on peut essayer l’autre aussi, on verra celui qui paye le mieux» répliqua Valyria.
- « Non, non, je vous assure c’est pas la peine » insista-t-il.
- « Mais pourquoi ? » répondit-elle incrédule.
Fjald prit la parole :
- « oh trois fois rien : Hélène la fille de Ribenaud est une jeune femme de caractère, elle n’a pas trop aimé la cour assidue de Rek. Pas vrai Rek ? ».
- « Oh ça va hein, elle sait pas ce qu’elle perd » dit le bretteur piqué au vif.
- « Autre qualité, elle a une sacrée droite, en bref on ferait mieux d’éviter, pour la santé de notre cher et précieux « plus grand épéiste de toute la Damarie. Non croyez moi, c’est pas là bas qu’on sera le mieux payés, on a un trop gros handicap » » ricana le nain.
Rek grommela.
- « Bon alors va pour le Priakos des Quatre Lunes » soupira Valyria.
Le groupe se rendit donc au siège du Priakos des Quatre Lunes, un grand groupe implanté dans l’ensemble du pays et dont l’antenne locale était dirigé par une énergique halfeline appréciée de tous dénommée Patty Mestrepanse. Toujours en recherche de mercenaires, spécialement vers Pont-En-Clèrves notamment où les volontaires devenaient rares, les aventuriers furent rapidement engagés. 75 po par personne pour un voyage d’un jour ou un jour et demi c’était élevé et n’était pas pour déplaire à Rek…
Le départ état programmé pour le lendemain, il allait donc rester un jour pour faire les dernières courses et préparatifs.

_________________
Seigneur de Ghrond.
Au service du grand Malékith, Roi Sorcier de Naggaroth et souverain légitime d'Ulthuan.

vieil adage du clan du Scorpion :
"Le plan A a échoué ? On a découvert notre plan B ? Bien, tout se passe comme prévu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thalantir.forum2jeux.com
drus
Chevalier Champion
Chevalier Champion
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Récits Triumvirat le début (complet)   Mar 27 Mar - 20:59

on progresse je suis entrin de mettre en page la je posterait surement se soir si j'ais finit^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drus
Chevalier Champion
Chevalier Champion
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 35
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Récits Triumvirat le début (complet)   Mar 27 Mar - 21:29

Ma mère est en ce moment même entrin de tapé se soir la bocle ets bouclé !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récits Triumvirat le début (complet)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Récits Triumvirat le début (complet)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Envoi de MP3 complet
» Les récits d'Elliot
» Guide complet VULKANIA
» [Idée] Script pour la lecture d'un flux RSS complet
» Récits de mer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Thalantir :: Donjons & Dragons :: Campagne Triumvirat-
Sauter vers: